Archéologie expérimentale : le mythe d’Orphée

Archéologie expérimentale : le mythe d’Orphée

La présentation de nos recherches en céramologie médiévale appliquant des protocoles sur des temps « longs » (25 ans) permet de disposer d’un regard critique et subjectif sur nos propres démarches, leurs motivations, leurs finalités et leurs résultats.

Texte proposé par Dominique Allios[1], Laurence Cornet[2], Nominoë Guermeur[3], Antoine Cocoual[4] et Claudia Sciuto[5]

Cet article est associé à un film de 23 mn.

L’expérimentation en archéologie devrait, comme toute discipline scientifique, valider une hypothèse, en la faisant passer du domaine de la pensée à celui du concret. Elle permet aussi de valider les hypothèses par sa reproductibilité et sa transmission : toute expérience doit être reproduite par d’autres opérateurs situés dans d’autres laboratoires ou d’autres lieux pour être confirmée.

Le recours à la pratique expérimentale en archéologie repose principalement sur la reconstitution des savoir-faire et des techniques, mais elle est souvent utilisée pour d’autres finalités en raison de son caractère spectaculaire : nous connaissons tous le cas célèbre du transport et de l’érection de l’obélisque de Louxor sur la place de la Concorde en 1836[6]. Mais ce n’était qu’un prétexte à une célébration politique et l’évènement avait pris le pas sur la recherche[7]. De même, Napoléon III fut un grand expérimentateur archéologique en reconstituant à l’aide de l’armée française les batailles et les armes de la guerre des Gaule[8], en permettant à Viollet-le-Duc de reconstruire des cathédrales, des châteaux et des cités médiévales, dont celle de Carcassonne[9]. De nos jours, une tendance au caractère théâtral et souvent mercantile croît en importance.

Pour la céramique ancienne, Alexandre Brongniart (1770-1847)[10] directeur de la manufacture de Sèvre de 1800 à 1847, réalise les premières expérimentations sur les céramiques anciennes afin de retrouver les techniques disparues. Il crée le musée-laboratoire le musée céramique et vitrique[11] (l’actuel Musée National de Céramique) dont le fonds documentaire était constitué par la collection de poteries antiques (la collection Vivant Denon), par la suite enrichi par l’apport de céramiques amérindiennes, orientales et extrêmes orientales. Brongniart publie à partir de ses recherches son monumental Traité des arts céramiques ou des poteries.

Ainsi, dès le XIXe siècle l’archéologie expérimentale avait quasiment une dimension industrielle tant par les moyens mis en œuvre que par les mentalités qui y étaient associées. Comme la majeure partie des sciences au XIXe siècle, l’archéologie était à la fois au service de la Nation, de l’industrie et du commerce, mue dans des perspectives positivistes et colonialistes[12]. Dans les années 1940-1960, les préhistoriens André Leroi-Gourhan et François Bordes renouvelaient l’archéologie expérimentale à partir de leurs recherches sur l’industrie lithique, et sont considérées comme la naissance de l’archéologie expérimentale[13]. Mais tous ces expérimentateurs du XIXe et du XXe siècle avaient comme point commun une vision positiviste et technicienne, le progrès constituant une forme d’évolution ou plus exactement une continuation transcendant l’espèce humaine, l’individu et les cultures. Sur le plan académique, l’école des Annales, le structuralisme provoquent de profondes mutations dans les sciences humaines et qui touchera l’archéologie, pourtant très conservatrice, avec la culture matérielle[14] puis la new archaeology. Et c’est à partir des années 1960-1970 que la pratique expérimentale trouve une autre dimension en réaction à l’industrialisation et à la société de consommation et se trouve en plein accord avec la contre-culture, les mouvements hippies et libertaires qui prônent un anti académisme et un retour à la nature. Sur le plan artistiques, l’arte povera et en moindre part, le land art[15] influencera la céramique contemporaine[16] qui prend en France un essor considérable dès les années 1970-80 avec de nombreux artistes tournant le dos à la pratique institutionnelle et renouvelant les techniques anciennes[17]. Archéologues et artistes se rejoignent sur les plans scientifiques et techniques par le biais de l’expérimentation des techniques anciennes, mais partagent aussi une conception commune de l’histoire non académique et événementielle.

C’est dans ce contexte que depuis 1984, des archéologues, des potiers et des céramistes se retrouvent au mois de mai pour les journées de la céramique de Bélesta-de-la-Frontière dans les Pyrénées-Orientales[18] où des expériences grandeur nature sur la céramique ancienne sont réalisées en même temps que des animations avec des céramistes contemporains[19].

La pratique de la poterie ancienne procède de différentes étapes, que cela soit de la préparation des argiles, des techniques de fabrication, de traitements de surface et de cuisson. Des cuissons en meule[20] et des répliques de fours sont réalisées comme l’improbable four de Sévrier[21], des fours à sole médiévaux[22], un four à barre arabe et une réplique de four portugais contemporain. Tous ont cuit pendant plusieurs années des centaines de répliques de céramiques anciennes. Une partie de la production est vendue aux visiteurs afin d’apporter à l’association les financements nécessaires. Les expérimentations sont présentées et commentées au cours de cycles de conférences, associées à des expositions présentées au château-musée de Bélesta, toutes ces activités réunissant autour de chaque premier mai des centaines de visiteurs, certains simples curieux, la plupart d’entre eux passionnés par l’art et l’histoire de la céramique.

Les expérimentations procèdent en quatre grandes étapes :

  1. La définition de la problématique de recherche, la mise en place des protocoles expérimentaux,
  2. Les expérimentations
  3. L’analyse et la fouille des structures expérimentales par des archéologues n’ayant pas participé aux expériences
  4. La confrontation entre les archéologues et les expérimentateurs.

La première étape consiste à définir la problématique, comme la détermination d’une technique ou d’un procédé, par exemple comment fonctionne un four médiéval et quelles sont les expériences qui vont être réalisées, assorties à leur programmation et à la mise en place des protocoles expérimentaux.

La seconde étape est la pratique des expérimentations afin de déterminer la palette ou les champs des techniques et des procédés possibles. Pour les fours médiévaux ont été ainsi testés les cuissons de poteries noires et grises (cuisson réductrice), rouges (cuisson oxydante), les poteries à surfaces polies et engobées, glaçurées, les types de pâtes et leurs concentrations en dégraissant, et bien entendu le fonctionnement des fours : les limites basses et hautes des températures, leurs rendements et les volumes de poteries cuites, tout comme leurs coûts en énergie humaine, en combustible et en temps.

Les expérimentations suivent un protocole qui a été défini dès l’origine des journées de la céramique : deux équipes se côtoient, d’une part les expérimentateurs réalisant les fours et pratiquant les cuissons, et de l’autre, les observateurs qui mesurent à l’aide d’instruments précis comme des sondes pyrométriques[23] le comportement du four et le déroulement de la cuisson. Ils quantifient les volumes de combustible, décomptent le temps écoulé entre chaque étape de la cuisson y compris le refroidissement, et des courbes de température sont établies.

L’équipe chargée de la conduite des cuissons devrait, en théorie, ne pas voir les températures affichées sur les pyromètres et mener le déroulement de la cuisson suivant leur expérience acquise sur ces fours.

Les défournements font aussi l’objet de mesures et de comptage, la position des poteries dans le four, les effets des gaz et de la chaleur sont notés pour chaque individu, tous sont catalogués et décrits suivant les normes des fouilles archéologiques.

Défournement du four à barre à Bélesta en 2016
Défournement du four à barre à Bélesta en 2016. Licence Creative Commons

Les journées de la céramique de Bélesta présentent la particularité de mener des expérimentations sur un temps long, c’est-à-dire sur deux, voire trois décennies. En effet il ne s’agit pas simplement de faire fonctionner une machine ou de trouver un coup de main, mais d’estimer toutes les possibilités d’une structure ou d’une technique. La vision contemporaine positiviste prône pour une efficacité maximale, le temps étant la valeur dominante, l’énergie la plus secondaire. Or, pour beaucoup de sociétés anciennes il s’agit exactement du contraire : le temps n’a qu’une moindre valeur par rapport aux énergies, principalement humaine qui constituent un élément primordial.

Par exemple, porter un 1 m3 de bois dans le coffre d’une voiture ne coûte en apparence quasiment rien de nos jours, alors que sa coupe, son ramassage et son transport à la main ou aidé par un animal représente un travail conséquent. Mais cette analyse est tronquée parce que nous n’avons pas pris en compte la présence même de la voiture. Comme on le voit, l’expérience doit être en permanence insérée dans une vision sociologique et historique la plus large possible.

Un autre piège issu du productivisme est l’absence de toute considération morale, politique et religieuse, culturelle au sens large, de la pratique technique : toute société possède de nombreuses contradictions et qui constituent souvent ses caractéristiques intrinsèques : nous pouvons fabriquer des automobiles atteignant 200 km roulant sur des routes limitées à 130 km, 100 millions de m3 d’eau sont utilisés en France uniquement pour les stades de football et le son d’une platine tourne-disque des années 70 est meilleur que celui d’un lecteur MP3. Pour le Moyen Âge les cas sont nombreux où les techniques étaient développées en fonction de la noblesse accordée aux matériaux : le métal et le verre occupaient la plus haute place et en bas de l’échelle la céramique.

Les phases d’apprentissage des techniques sont aussi prises en compte dans l’expérimentation. Progressivement, les cuissons deviennent plus rapides et plus économes en combustible, les températures deviennent plus homogènes et la casse est quasi nulle. Ces phases d’initiation et de maîtrise sont suivies d’amélioration puis de la transmission de ces savoirs. Ces éléments sont aussi tout à fait essentiels dans la perception d’une technique et de sa capacité d’évolution au sein d’une société ou d’une culture. Or, comme on l’a vu, la céramique était peu considérée en occident médiéval et n’a pas connu les mêmes progrès que dans le Moyen-Orient et la Chine où elle était élevée au rang des arts majeurs. C’est-à-dire que les expérimentateurs contemporains, tous potiers et céramistes de haut niveau, possèdent des connaissances supérieures à celles des potiers médiévaux. Ces différentiels de culture, de capacité cognitive et les contextes environnementaux doivent être en permanence pris en compte dans les analyses : on ne devenait pas potiers au Moyen Âge par choix, et on fonctionnait plus dans une optique de subsistance, même si l’activité de potier et de céramiste est extrêmement difficile de nos jours.

Une partie essentielle à l’archéologie expérimentale est la validation des données fournies par les archéologues. En effet, l’expérience permet de déterminer la fiabilité des descriptions et des analyses des fouilleurs, la part d’incertitude et les présupposés conditionnant les interprétations des structures et des artéfacts. Or, comme l’ont montré de très nombreuses expérimentations, les relations et les modèles issus de la pensée des archéologues sont souvent faussés par des présupposés inhérents à la discipline et au conditionnement des observateurs. Par exemple, comme nous le verrons plus loin, tous les archéologues déduisaient la présence systématique d’une coupole sur les fours à sole, même si ils n’en avaient pas trouvé de trace sur les vestiges qu’ils ont mis au jour.

En fonction de tous ces éléments, la dernière étape de l’expérience passe par la fouille des structures expérimentales, elle est réalisée par des archéologues n’ayant pas vu fonctionner ces structures, se livrant à une analyse en aveugle. La confrontation entre les expérimentateurs (archéologues et potiers) et les archéologues ayant réalisé la fouille de la structure expérimentale permet d’évoquer de nombreuses problématiques liées aux structures ou aux procédés décrits par les archéologues, les résultats des expérimentations et leurs interprétations lors des fouilles terminales.

À Bélesta, une réplique de four traditionnel portugais contemporain a fonctionné pendant une dizaine d’années puis a été abandonnée et partiellement détruite. Par la suite, une équipe d’archéologue s’est attachée à le fouiller. Les résultats de leurs analyses et interprétation ont été confrontés avec les expérimentateurs.

Ce four a été réalisé à la suite d’observations ethnographiques menées en 1995 et 1996 par les membres de l’association des journées de la céramique de Bélesta[24]. Il s’agit d’un four Vilar-de-Nantes (proche de Chaves)[25] construit à Bélesta en 1997. Cette structure est de taille conséquente, mais de conception extrêmement minimaliste utilisant des pierres et des briques, le tout lié par du torchis. L’ensemble a été creusé et aménagé dans la pente du terrain. La base du four ainsi que l’aire de chauffe et les parties supérieures ont été ensuite comblées avec des matériaux déplacés.

Un pilier central supporte une vaste sole suspendue de 2,1m de diamètre formée par 12 arches de terre et de brique qui retombent sur la périphérie du four. Toute la structure est enterrée, à l’exception d’un mur de façade percé d’une petite ouverture triangulaire servant à l’alimentation en combustible. Aucune superstructure n’est présente, ni cheminée, ni coupole, ni parois de laboratoire. Les seules parties maçonnées sont le mur de façade, les arcs et le pilier ainsi que les pierres délimitant le périmètre extérieur du four.

Cette expérience avait plusieurs buts, le premier était de savoir si nous étions capables de procéder de la façon la plus proche possible des potiers portugais, ou du moins de relever les différences entre les cuissons « réelles » et expérimentales afin de pouvoir disposer d’une échelle de mesure sur les pratiques expérimentales, en particulier sur les fours médiévaux. L’autre axe de recherche reposait sur l’absence de coupole, objet de nombreuses discussions chez les céramologues, surtout dans une structure de taille aussi imposante que ce four.

Plusieurs cuissons ont été pratiquées[26] de 1997 à 2004. La première, réalisée en 1997 dura 4h53. À la suite du petit feu, une augmentation brutale de la chaleur provoqua un déséquilibre de 180° C entre l’avant et l’arrière du four. Les poteries étaient sous-cuites et oxydées. En 1998, une seconde cuisson dura 6h20 et atteignit une température maximale à 940°C. Les écarts de température au sein du laboratoire sont réduits à 60°C et toutes les céramiques ont été bien cuites et parfaitement réduites. Les autres cuissons ont durées entre 8h et 10h[27] et cuisaient en moyenne 150 à 200 poteries de taille diverses.

La cuisson se déroule en trois phases : le petit feu est réalisé en fonction de la température et de l’humidité du four, le grand feu atteint 850-950 C° et le refroidissement qui a été prolongé pour des raisons de sécurité. Le chargement des céramiques est recouvert par des tôles dès le début de la cuisson. Les potiers ensevelissent progressivement l’ensemble du four durant la cuisson de manière à ne laisser qu’une ouverture qui joue le rôle de de cheminée. Les potiers obturent partiellement la porte à l’aide d’une tôle afin de diminuer l’afflux d’oxygène[28] pour créer une atmosphère réductrice. À la fin du grand feu, le foyer est colmatée avec du sable et de l’argile, enfin, la coupole est entièrement enterrée. Lors du refroidissement, le combustible continue à brûler jusqu’à épuisement de l’oxygène, afin de garantir la réduction des poteries. Pendant le défournement, la couverture de sable et de tôle est enlevée et du sable est projeté sur les braises encore chaudes afin de les étouffer.

Figure 2 : courbe de température de la cuisson du four expérimental de Bélesta-de-la-Frontière en 2001.

Figure 2 : courbe de température de la cuisson du four expérimental de Bélesta-de-la-Frontière en 2001.
Figure 2 : courbe de température de la cuisson du four expérimental de Bélesta-de-la-Frontière en 2001. AJC_D. Allios. Licence Creative Commons
Figure 3 : four portugais à Bélesta en 2003, chargement.
Figure 3 : four portugais à Bélesta en 2003, chargement.Licence Creative Commons
Figure 4 : four portugais, le chargement recouvert de tôles et de sables, défournement en 2006.
Figure 4 : four portugais, le chargement recouvert de tôles et de sables, défournement en 2006. AJC_D. Allios. Licence Creative Commons
Figure 5 : four portugais en 2006, défournement.
Figure 5 : four portugais en 2006, défournement.AJC_D. Allios. Licence Creative Commons
fig_06
Défournement du four portugais de Bélesta. La braise sous la sole est encore chaude. AJC_D. Allios. Licence Creative Commons

La fouille du four portugais

Laurence Cornet[29]

Objectifs et choix méthodologiques

La fouille du four portugais a été entreprise afin de relever les traces de son utilisation et de les confronter à des structures plus anciennes, notamment médiévales. Pour ce faire, une réflexion méthodologique a combiné différentes approches, notamment une démarche d’analyse spatiale et sa modélisation à partir de la reconstitution en trois dimensions du contexte archéologique en association avec les données de terrain.

Généralement, les méthodes d’analyses spatiales s’appliquent à des contextes archéologiques plus anciens, pour lesquels nous n’avons pas, ou peu de données textuelles et orales[30]. L’utilisation de ce four expérimental nous est inconnue. Nous savons seulement que plusieurs cuissons y ont été menées dans le cadre de pratiques expérimentales. En ce sens, il s’agit d’une expérience tant novatrice que riche d’enseignement, puisque la contemporanéité de la fouille et l’occupation archéologique peuvent être mises en relation.

Dans ce contexte singulier, deux axes de recherches ont émergé :

  1. D’une part, l’utilisation proprement dite du four, incluant le type de cuisson et de céramique produite, en faisant appel à l’architecture du bâti et à la détermination de ses fragments. Si l’on raisonne en termes d’analyse spatiale, l’agencement des structures est essentiellement perceptible à partir des représentations planimétriques horizontales. Cette lecture des sols amène une réflexion sur les éléments observables pouvant permettre de déterminer les aires de construction, de rejets des matériaux, mais aussi les gestes techniques (évacuations des terres charbonneuses ou cendreuses, réaménagements, ou destructions)[31].
  2. D’autre part, la chronologie des phases d’occupation ou d’utilisation du site, induisant une lecture croisée des données stratigraphiques. Cette lecture est plus délicate, car nous n’avons pas de données précises sur l’historique du site, ce qui est souvent le cas lorsqu’il s’agit de fouilles archéologiques classiques.
Figure 7 : fouille du four portugais en 2015. AJC_D. Allios. Licence Creative Commons

Afin de restituer les différentes phases d’utilisation et d’occupation, le mobilier, essentiellement constitué de fragments de céramique et les structures archéologiques (FA) ont été géo référencé. Un carroyage par maillage de 1 m² a été installé (travées A à G, 1 à 6) afin de permettre une meilleure lisibilité des informations archéologiques et de faciliter les relevés effectués à l’aide d’un tachéomètre[32], la modélisation 3d du four est visible sur internet[33].

La poursuite de la fouille a mis en évidence la nécessité d’effectuer plusieurs relevés des sols dégagés dans le temps imparti. Nous avons procédé, outre les relevés classiques manuscrits sur papier millimétré, à des relevés 3 D à chaque étapes de la fouille, par photomodélisation qui permet tant par la rapidité de sa mise en œuvre sur le terrain que le traitement des données en temps réel, d’offrir une vision précise et un archivage des différentes strates in situ[34].

Les objets ont été systématiquement enregistrés et photographiés avant prélèvement, et référencés dans des bases de données à l’aide de tablettes numériques, puis conditionnés par sacs dont les numérotations sont associées à l’enregistrement numérique.

L’aire fouillée a été divisée en deux secteurs, la partie située au pied du four est désignée comme étant le secteur 1 et le four, toute la partie supérieure est le secteur 2.

fig_08_Fouille four portugais belesta 2014-2015
Figure 8 : plan simplifié de la fouille du four portugais avec les principales strates. AJC_D. Allios. Licence Creative Commons

La partie située au pied du four (secteur 1)

La fouille de l’avant du four (carrés A1/B1/C1) a été entreprise afin de limiter l’échantillonnage des données, en partant du postulat que l’objectif était moins de déterminer la nature de l’occupation, que de vérifier son organisation. Sous une fine couche végétale (US 001), le substrat a été rapidement atteint, faisant apparaitre un fond lenticulaire alternant couches cendreuses, charbonneuses et sableuses, (carrés adjacents A/B/C 2/3) jusqu’à l’entrée du four, avec un écart d’altitude d’environ 50 cm par rapport au point le plus bas (tranchée B, carrés B 3 / 4). La fouille de la travée suivant l’axe 1 rend bien compte de la puissance du remplissage (de A1 à C1) passant successivement de 5 cm à 32 cm.

Une zone de circulation a été repérées (US 19) avec un fort pendage, elle recouvre partiellement une zone cendreuse indurée située contre la paroi du four (US 017). Une couche de démolition dans le carré C1 (US 012) où l’arrachement des blocs à l’extrémité de la façade du four est visible.

Les fragments de céramique issus de ces carrés sont essentiellement des céramiques à cuisson oxydante, et portent parfois des surfaces glaçurées.

Afin d’avoir une meilleure lecture stratigraphique des sols, deux tranchées ont été creusées jusqu’au substrat (US 019) sur une largeur de 20 à 30 cm : la tranchée A (carrés A à D travée 3) et la tranchée B (B 3/4) qui se recoupent dans le carré B3.

La lecture des strates permet d’observer selon ces deux axes perpendiculaires :

– une couche superficielle sableuse et charbonneuse (US 025) dont la teneur en mobilier s’intensifie sur une puissance de remplissage d’environ 15 cm.

– Une couche sableuse stérile, de couleur brun sombre dont l’épaisseur varie de 10 à 50 cm (US 105).

-Une couche de terre contenant des fragments de terre rubéfiée sur une épaisseur n’excédant pas 18/20 cm (US 21).

-Une couche sous-jacente (US 121) contient des galets dont la taille est comprise entre 15 et 50 cm, ils portent des traces d’exposition à la chaleur, sur deux niveaux, l’un d’eux reçoit des coulées de glaçure. Le dernier litage de ces galets est inclu dans une terre très cendreuse située sous une poche de charbons de bois contenant des fragments de bois partiellement carbonisés (carrés A/B 2/3). Ces blocs sont circonscrits dans un cercle de 2 m de diamètre.

La couche très charbonneuse US 101, visible dans les carrés B2/C3 et partiellement en C4/ D4 suit le pendage de la fosse à l’avant de la porte de l’alandier (Fosse FA 04, comblée par les US 047 et 048). Ces couches témoignent de nombreux remaniements liés à l’activité du four : la fouille minutieuse effectuée devant la porte du four (carrés C1, C2 et C3) a permis de distinguer une alternance des strates noires particulièrement visible.

La poursuite de la fouille jusqu’au substrat géologique montre une alternance de strates sableuses, charbonneuses et de terres rubéfiées parsemée de mottes d’argile, ce qui a soulevé de nombreuses questions.

Il a donc été décidé de fouiller ces couches en paliers, en relevant des micros stratigraphies (carrés B2/C2, A3/A4 et B3/B4). Cette méthode a permis de délimiter les pourtours de l’aire de chauffe (fosse FA 04). Des galets de dimensions conséquentes (d’environ 50 à 70 cm de longueur maximale) sont présents au fond de cette fosse.

Deux sols de terre blanche indurée (US 105), très semblables au sol de passage entre le four portugais et le four médiéval B (US 005) peuvent être interprétés comme des zones de circulation en bordure de fosse ou comme les témoins de phases d’abandon du site.

Des lambeaux de terre compacte, incluant de nombreux charbons sur les pentes de la fosse (US 130 à 132) pourraient correspondre à des niveaux successifs d’abandon et de reprise d’activité.

On peut également constater qu’il existe au moins 3 sols de terre rubéfiée à proximité de l’entrée du four (carrés C-D 2 à 4) ayant une épaisseur d’environ 7 cm incluant des briques réfractaires. À ce niveau, proche du substrat géologique, toujours devant l’entrée du four, on trouve des mottes d’argile crue (US 120 et 132) et des buchettes de bois non calcinées. Le mobilier est rare, quelques fragments de céramique à cuisson réductrice et des fragments de tiges métalliques. Nous avons interprété ces éléments comme étant l’aire d’alimentation en bois de chauffe et de son obturation.

Un sondage a été poursuivi devant le four (travée D) afin de mettre en corrélation la planimétrie horizontale avec les informations stratigraphiques dans le but de confirmer nos hypothèses. Lors de ce décapage, une tôle de métal a été dégagée, celle-ci était inclinée et l’espace entre cette tôle et le mur du four était comblé par l’action d’un colluvionnement, celui-ci ayant entrainé les strates d’occupation et d’abandon du four. Cette plaque est considérée comme un élément d’obturation du four qui a été utilisé lors d’une cuisson, puis a été recouverte au cours de cuissons postérieures.

Le mobilier inclus dans le remplissage de la fosse de cuisson (FA 04) est constitué de matériaux de construction et de fragments de céramique à cuisson réductrice (US 101 à 134). Parmi ces matériaux, des fragments de terre rubéfiée de formes arrondies, épais de 5 à 10 cm pourraient correspondre aux restes des coupoles successives du four.

fig_09
Figure 9 : coupe stratigraphique de la tranchée A (carrés A-C 3) de la zone 1 du four portugais de Bélesta-de-la-Frontière. AJC_D. Allios. Licence Creative Commons

Un sondage a été effectué à l’intérieur du four, sous la sole (carrés D1 / D2) dans l’alandier afin de comprendre la liaison avec les unités stratigraphiques situées à l’entrée du four. La fouille de ce périmètre d’environ 50 cm2 pour une puissance de remplissage de 40 cm, met en évidence une terre brune de 10 à 15 cm d’épaisseur qui recouvre une couche cendreuse, puis une strate exclusivement charbonneuse jusqu’au substrat (environ 20 cm d’épaisseur). Le dégagement du pilier central soutenant la sole a permis d’identifier le matériau dont il est constitué, à savoir un unique bloc de pierre.


Le secteur 2

Le secteur 2 (carrés D1 à F4) se situe sur toute la périphérique supérieure du four, il présente un dénivelé d’environ + 80 cm par rapport au secteur 1.

La fouille des carrés D1 et E1 a permis la mise au jour d’une tuile écrasée in situ posée perpendiculairement au bord circulaire du four (FA 001), prolongé par un blocage de pierre (FA 003) il s’agissait probablement d’un regard permettant le contrôle des gaz durant la cuisson.

La fouille de la bordure du four (carrés F1à F3) montre une stratigraphie complexe, une fine strate de terre argileuse (US 045) pourrait correspondre à l’empreinte laissée par la paroi de la dernière coupole sur une épaisseur d’environ 50 cm.

Un sondage a été effectué (carrés F1-F2) afin de pouvoir observer de l’extérieur la paroi du four. Il est apparu, lors de ce décapage, un sol contenant des fragments de céramique à cuisson oxydante (US 135), posés à plat et de dimensions variables (entre 4 et 20 cm). Certains d’entre eux correspondent à d’éléments modelés de renforcement des parois de grands contenants (jarres ou cuvier à cordons pincés ou digités). Le remplissage est essentiellement constitué de remblais de terre stérile et aérée.

Analyse du mobilier

Le corpus est principalement composé de 136 fragments de céramique, et de matériaux divers (métal, plastiques, et os) dont le nombre ne dépasse pas la dizaine. L’inventaire du mobilier céramique tient compte des paramètres suivants : la localisation par carré, par unité stratigraphique, la taille maximale et l’épaisseur, la détermination du fragment (partie du vase, cuisson, décor) et les éléments associés.

Bien qu’un si petit ensemble ne permette pas une analyse fine des taux de fragmentation et de la dispersion des éléments pour une surface de fouille partielle, un premier examen des données permet de distinguer d’une part, la localisation des différents types de céramique, et d’autre part, une différenciation de la fragmentation par secteurs. Le mobilier est principalement issu de la fouille du secteur 1 qui a livré un mobilier hétérogène, le secteur 2 a livré essentiellement des fragments de céramique à cuisson réductrice.

La céramique à cuisson réductrice : on distingue des tessons de taille réduite, portant les traces d’une glaçure de couleur vert bouteille sans engobe situés dans le secteur 1. Ils sont associés à des fragments de céramique réductrice ou oxydante dont certains sont engobés ou glaçurés. La taille moyenne se situe entre 3 et 5 cm pour la longueur maximale pour une épaisseur moyenne allant de 0,7 à 0,8 cm. Certains de ces tessons portent des traces d’impression avant leur cuisson. Des formes sont identifiables : coupelles, petits vases tubulaires, tasses (anses en boudin), assiettes, jattes à bec verseur. On notera également la présence de trois fragments attribuables au Néolithique (?). Des éléments appartenant à des récipients de plus grand volume ont été retrouvés à la base du remplissage archéologique (cuviers et jarres), tous en céramique réductrice. Un fragment d’assiette plate porte une marque sur la face externe du fond, ainsi qu’un numéro, « 95 » qui pourraient correspondre à la date de manufacture de l’objet. Il provient des couches archéologiques les plus anciennes fouillées devant la bouche d’alimentation du four.

Mobilier mis au jours lors de la fouille expérimentale de Bélesta.
fig 10. : mobilier mis au jours lors de la fouille expérimentale de Bélesta. AJC_D. Allios. Licence Creative Commons

 

fig_15
Fig. 10 : fragments de coupoles de fours trouvés dans la zone 1. AJC_D. Allios. Licence Creative Commons

Les céramiques à cuisson oxydante. Les fragments sont de plus grande taille (de 7 à 10 cm, épais de 1 à 1,5 cm) appartenant à de plus grands contenants (des grandes jarres ou des cruches) à fond plat. On retrouve essentiellement ces éléments concentrés dans ce qui a pu être identifié comme zone de circulation (travée A) et en partie à l’arrière du four (secteur 2).

Ce premier examen montre que :

– toute la partie située à l’avant du four présente un fort remaniement stratigraphique (carrés B et C 2 à 4) avec une alternance entre couches cendreuses, couches charbonneuses et sableuses qui permettent d’émettre l’hypothèse de plusieurs phases d’occupation. L’apport de sable demeure une inconnue.

– Les sols présentent une meilleure conservation en bordure de ce secteur (carrés A à G travée 1) et dans le secteur 2 c’est-à-dire sur la partie située à la droite du four qui est plus difficile d’accès et qui a du connaître une moindre activité.

-La présence de mobilier probablement exogène soulève la question de la présence de fours antérieurs:

– De la céramique à cuisson oxydante peut correspondre aux structures relevées à l’avant du four (carrés B/C 2/3) constituées de galets portant des traces d’une glaçure de teinte vert bouteille (US 121).

– La présence de céramique de type néolithique pourrait correspondre à des expérimentations de cuissons préhistoriques à cuisson ouverte.

– Des phases assez longues entre les différentes cuissons du four portugais, peuvent expliquer l’hétérogénéité du mobilier, mais pas sa rareté. Il nous semble que l’utilisation du four sur une longue période aurait dû fournir des lots plus importants de tessons, ou de ratés de cuisson. On peut imaginer de grandes phases de nettoyage afin de remettre le four en activité à la suite de phases d’abandon ou d’inactivité.

– Si l’on compare à des sites archéologiques plus anciens, on constate que la majorité des tessons céramiques mis au jour proviennent des parties les plus solides des poteries : les fonds, les éléments de préhension et les cols. Ce type de fragmentation est similaire à celui observés sur les sols d’habitats, bien que ces contextes soient radicalement différents[35].

– La découverte d’une plaque de tôle devant l’entrée du four confirme que la conduite de cuissons était essentiellement menée en atmosphère réductrice, mais ceci n’exclue pas la pratique de cuisson oxydante. Le conduit repéré dans le secteur 2 (FA 01) pourrait contribuer au contrôle des cuissons. Mais la forte présence de couches charbonneuses à l’intérieur du four, sur sa périphérie (secteur 2) et dans l’aire de chauffe (secteur 1) permet de déduire qu’elles étaient rares. Ce constat s’appuie sur la comparaison de la fouille du four expérimental B de Bélesta qui a livré essentiellement des couches de terre rubéfiée[36].

Hypothèses archéologiques sur le fonctionnement du four :

À l’inverse d’une occupation unique ou en milieu clos, on ne peut pas interpréter le fonctionnement de la structure à partir d’un seul niveau. Les perturbations, essentiellement anthropiques, ne permettent pas de restituer une aire de travail complète à un moment donné. De même, la dernière phase d’occupation montre les fortes dégradations qui ont affecté le site.

Il faut donc prendre en compte, en premier lieu, l’évacuation des déblais lors des différentes occupations, que l’on peut appréhender notamment devant l’entrée du four, et assembler les différentes étapes à partir de fragments de sols partiellement conservés depuis sa première utilisation.

On peut imaginer qu’une première fosse a été creusée dans le talus naturel afin de bâtir le mur périphérique circulaire en pierres sèches (40 cm de largeur et 26 cm pour les pierres de surface), sur une hauteur d’environ 1 m, avec une pierre centrale servant de support au foyer intérieur en terre crue mélangée probablement à du sable. L’arrière du four et les côtés ont été remblayés avec la terre de creusement servant à la fois d’étayage et permettant son étanchéité.

L’ensemble du bâti en pierre, intérieur et extérieur a été colmaté avec un mélange de terre crue, de sable et peut-être de fragments de céramique, ce qui pourrait expliquer la découverte de tessons posés à plat à l’arrière du four.

À hauteur de margelle, on trouve un aménagement formé de tuiles et obturé par une pierre, qui a probablement servi pour contrôler la température et la cuisson (FA 01). On a trouvé lors de la fouille les traces d’une autre ouverture à l’arrière du four, qui a probablement eu la même fonction. Toujours à l’arrière du four, lors du nettoyage des couches superficielles les traces d’une structure arrondie (de 50 cm de largeur), pourraient correspondre à la mise en place d’une coupole en torchis reposant probablement sur une structure métallique dont des fragments de tiges ont été trouvés lors de la fouille.

L’entrée d’alimentation en bois a une forme triangulaire, obturant le plus possible le foyer. Une plaque en tôle découverte contre la façade du four, ayant été abandonnée par la suite, comme le prouvent les niveaux de remplissage qu’elle contient, a permis d’obturer l’entrée du conduit de chauffe. La présence de galets portant des traces de chauffe et de briques réfractaires est problématique, car elles semblent plutôt appartenir à une structure de cuisson postérieure ou contemporaine. On peut également émettre l’hypothèse de la réutilisation des pierres de cette structure, les galets et des briques réfractaires ayant volontairement été écartés.

La découverte de buches et fragments de bois non calcinés sur le côté ouest du four (US 026) permet de situer le stockage du bois de chauffe à cet endroit. De même, des mottes d’argile crue et du sable y sont également localisés : on peut supposer que la préparation de l’enduit de colmatage a été faite à cet endroit, au plus près de la façade principale. Or, ces traces ne se trouvent pas sur la partie arrière du four (Zone 2), l’argile a donc servi principalement pour la façade extérieure du four, tout autour de la porte du foyer.

De grandes quantités de cendres sont plutôt localisées sur le côté est (à la droite du four), et ont probablement été évacuées à cet endroit, afin de dégager la circulation côté ouest pour le transport et le stockage des matériaux et des céramiques lors de l’enfournement et du défournement.

En fin de cuisson, la coupole doit être probablement détruite afin de défourner la céramique, aucune autre entrée n’étant possible dans cet ensemble parfaitement clos. Des piquets en bois situés de part et d’autre de la façade du four (FA 03) devaient la soutenir. Les débris de la coupole devaient être évacués afin de permettre la circulation entre l’aire de cuisson et celle de stockage des pots (comme pourraient l’indiquer les témoins trouvés dans la fosse FA 04).

La structure est ensuite abandonnée au moins durant une année, temps entre chaque manifestation, puis lors de la remise en marche du four, le processus de construction/réfection se répète. On peut donc imaginer que les facteurs de destruction naturelle et anthropique constituent un processus naturel d’évacuation des déblais les moins résistants. L’apport massif de sable utilisé dans la construction de la coupole est attesté par des strates intercalées avec des couches charbonneuses et cendreuses dans l’aide de chauffe (Zone 1). On considère cette succession stratigraphique comme étant le résultat de phases de construction de la coupole (couches sableuses) suivie des cuissons (couches cendreuses et charbonneuses).

La chronologie des occupations :

La première occupation est perceptible par le creusement d’une fosse dans le talus, orientée nord-sud, recélant des galets et des briques réfractaires reposant sur une couche cendro-charbonneuse de remblaiement et d’aplanissement du sol. Soit il s’agit d’un four primitif, dont les matériaux ont été réutilisés pour la construction du four portugais, soit ces matériaux proviennent de la destruction d’un four proche et le four portugais est construit lors de cette phase.

La seconde occupation est marquée par la destruction de ce premier four ou par une seconde utilisation du four portugais, en association avec la tôle de fermeture du conduit d’alimentation.

La troisième occupation correspond à un sol aplani de terre rubéfiée, avec des fragments de bois non calciné, de mottes d’argile crue et associé à la présence de sable en grande quantité. Ces deux derniers éléments ont probablement servi à la construction d’une coupole de couverture, ainsi qu’à étanchéifier le four pour optimiser l’enfumage.

Le premier sol de terre indurée de teinte blanche avec des inclusions charbonneuses mis au jour pourrait correspondre à une phase d’abandon relativement longue, car le tassement de la terre et sa texture très sèche sont identique à la zone de circulation actuelle.

La quatrième occupation pourrait correspondre aux résidus de sol de terre rubéfiée localisés au-dessus du niveau de circulation, et à la présence d’une buche intacte posée directement dans le prolongement en bord de fosse. On trouve également des fragments de terre rubéfiée de forme arrondie ou présentant un aplat pouvant avoir appartenu aux coupoles successives. Elle correspondrait donc à une période d’utilisation du four.

La cinquième phase correspond au niveau de circulation actuel, ainsi qu’à la dernière destruction de coupole.

Un fragment d’assiette plate en céramique réductrice, provenant des niveaux inférieurs du sondage 2, porte un numéro « 95 » pouvant correspondre à la date à laquelle le vase a été cuit. Si l’on considère qu’il ne s’agit pas d’un numéro d’inventaire, on peut avoir un premier élément datant. On peut émettre l’hypothèse que le four a été construit vers le milieu des années 1990. De ce fait, l’utilisation du four portugais est comprise dans une fourchette chronologique de 20 ans. Si l’on suppose qu’il y a eu au moins 5 phases d’occupation de cette structure, cela fait une moyenne de 4 ans entre chaque cuisson en estimation minimale. Mais il faut tenir compte du fait que les cuissons devaient présenter une périodicité aléatoire, en fonction des expérimentations réalisées par les potiers.

Observations

Les phénomènes de perturbation des couches sont essentiellement anthropiques. On peut, par exemple, noter la découverte de morceaux de coupole uniquement dans les niveaux supérieurs, les niveaux inférieurs du remplissage archéologiques n’en présentent pas la moindre trace.

On peut déduire qu’avant chaque cuisson, la fosse de cuisson était déblayée perturbant toute la stratigraphie. Toutefois des traces substituent sur les parois de la fosse situées à l’avant four : des mottes d’argile et des fragments de bois non calcinés.

Malgré la taille de ce four, on ne trouve que très peu de fragments de céramique, dont certains semblent exogènes. Ce mobilier ne permet pas de déduire le mode de cuisson pratiqué ni de réaliser des typologies. Par contre, la volonté visible d’étanchéifier la structure en l’enterrant, en bouchant les joints des pierres de construction, la présence d’une plaque en tôle située à proximité de l’ouverture de chauffe, les vestiges des coupoles temporaires, ainsi que la découverte de couches noires cendreuses dans et à l’extérieur du four, montrent que les cuissons étaient réductrices.

Confrontation entre archéologues et expérimentateurs

Au terme de notre étude, nous avons confronté nos résultats lors d’une conférence durant les journées de la céramique en mai 2015 avec les expérimentateurs ayant construit et utilisé le four portugais. Elle a permis de distinguer la part de surinterprétation des archéologues et le poids des modèles théoriques souvent issus de l’archéologie monumentale. Un point surprenant est la déformation de la mémoire et des souvenirs des expérimentateurs, en particulier ceux oblitérant les cuissons ratées ou celles n’ayant pas donné des résultats nominaux. Ce jeu de mémoire a pu être aussi mesuré grâce aux notes prises lors des cuissons.

Sur le plan de la méthode elle-même, on constate que la fouille, aussi minutieuse quelle soit, comporte de nombreuses marges d’erreur. Comme tout instrument d’observation, la connaissance de ces marges et de ses variables, permet ainsi de calibrer l’instrument d’observation, dans ce cas précis, la fouille elle-même.

Même si le laps de temps est court et que les dynamiques de décomposition des matériaux et pédologiques ne sont que très faibles, force est de constater que des évènements sont difficiles à quantifier, en particulier les tassements et les piétinements des milliers de spectateurs depuis le début des journées de la céramique de Bélesta ainsi que la faible rubéfaction des parois des fours[37]. L’action de l’eau pluviale (ruissellements et percolation) a été minime, voire inexistante, les couches n’ont pas été altérées.

Par contre, les estimations des quantités des cuissons ont été assez proches de la réalité, même si les volumes des matériaux cuits ont été sous-estimés (ce qui est une constante en céramologie)[38]. Le four n’a fait qu’une dizaine de cuissons, ainsi son altération est plus imputable à ses phases d’inutilisation qu’à son usage.

Un autre élément notable de cette fouille est l’étude systématique de la périphérie du four : celle-ci n’est que rarement fouillée, or c’est cet espace qui livre le plus d’informations fonctionnelles : les potiers ne travaillent dans le four que lors de son chargement et son déchargement !

La présence d’une coupole de terre et d’un laboratoire fermé a été fortement soulignée par les archéologues alors que très peu d’éléments n’en indiquaient la présence. Le poids du modèle théorique était si fort qu’elle a conditionné l’analyse de la fouille, l’influence de l’iconographie grecque ancienne est évidente[39]. La cuisson réalisée sous des plaques de tôles recouverte de sable a été toutefois évoquée par les archéologues. Les structures périphériques au four, dont les trous de poteaux et les canaux servant aux sondes pyrométriques ont été considérés comme faisant partie intégrante du laboratoire, voire comme des conduits de contrôles des gaz de combustion. Les fragments de coupole repérés dans la fosse de cuisson provenaient de la démolition d’un four (four A) remployant les fragments d’un troisième four (four de Sévrier).

Lors des cuissons, les poteries mises en charge débordaient du périmètre du four, ce qui ne pouvait pas laisser de traces visibles ou perceptibles par l’archéologie.

La présence supposée d’un four primitif à partir de galets rubéfiés et de taches cendreuses correspondait aux vestiges d’une structure de combustion alimentaire mobile.

Des tessons considérés par les archéologues comme exogènes étaient utilisés par les potiers pour caler les poteries et proviennent d’autres cuissons dans des fours différents.

Conclusion

Cette expérience procède aussi d’une double mise en scène lors de ces expérimentations en archéologie : les expérimentateurs se mettent dans la peau des anciens potiers et les archéologues jouent aux scientifiques. Deux vérités s’affrontent, celle du geste et du mythe, de son intemporalité et celle des sciences exactes compilant chiffres, faits et preuves. Ces vieux concepts, entre le sensible et le rationnel, le toucher et la pensée ne sont pas ici vus comme antagonistes, mais comme intrinsèques à nous même.

Cette expérience est une archéologie vraie, parce qu’elle éclaire sous un jour assez surprenant la démarche des archéologues au sens le plus large du terme : chercher à faire parler le passé. Elle rappelle plus qu’elle ne démontre que l’archéologie est une science fondamentalement inexacte, les hypothèses ne reposent que sur des observations, des analyses des artefacts et une grande part de présupposés issus de l’histoire et des visions politiques qui en découlent. Et surtout, elle est un discours et une création contemporaine. Cette pratique de l’expérimentation en archéologie et en histoire n’est-elle pas une tentative assez innocente de retrouver le monde des morts ? Ou, plus exactement de se mettre dans la peau de populations disparues et idéalisées ? Nous nous trouvons dans un jeu trouble, celui de mémoires sans cesse réinventées et appropriées. Les archéologues ont pour rôle de faire des discours sur le passé, ils font en fait parler les trépassés et même pensent, par l’expérience, les ressusciter au travers de leurs gestes les plus quotidiens. Même, s’ils ont par une brutale mise en contact avec la matière et la chorégraphie primale qui en découlent, une forte charge émotive face à laquelle les mots semblent vains. La matérialisation soudaine rend secondaire la pensée et la théorie qui sont à l’origine de l’expérience même. C’est une illusion, certes, mais c’est un jeu aussi et il serait peut-être aussi agréable d’en profiter surtout dans nos périodes de sclérose académique où dogmes et normes priment sur l’imagination et l’aventure humaine.

Annexes :

Tableau 1 : unités stratigraphiques du four portugais de Bélesta-de-la-Frontière.

Carrés Unités stratigraphiques/ description/mise en relation
B1/ B2/B3/C1 US 002 : terre cendreuse avec inclusions de charbons de bois et des fragments de terre rubéfiée, présence de fragments de céramique oxydante (8≤ t ≤10 cm), corrélation avec US 004.
B1 US 006 : située sous US 002, terre meuble de teinte brune contenant des fragments de pierre (t≤5 cm) et des nodules charbonneux. Corrélation avec US 008, carré A1 / US 011 carré C1/ US 014 carré C2
A2/ A3 US 021 : terre très sableuse de teinte beige orange, stérile
A/B 2/3/4 US 025 : terre sableuse de teinte beige contenant de gros nodules de charbons (3≤ t ≤5cm) et de nombreux fragments de mobilier (céramique, un fragment de métal) et de terre rubéfiée.

Corrélation : US 022, carré C2, US 020 carré A2

A3 US 032 : couche granulo-cendreuse de teinte beige-gris sableuse partiellement argileuse, contenant peu de mobilier (située sous US 025).
C4 US 033 : terre de teinte brune, sableuse contenant des nodules argileux et charbonneux (1 cm≤ t ≤ 3 cm) contient une perle d’isolation.
A 4 Terre charbonneuse et sableuse, contenant de grands fragments de charbons (t = 4 cm) et des fragments de céramique oxydante.
A/B/C 1/2/3 US 019 : substrat composé d’une terre très compacte et indurée de teinte blanche, contenant de micro traces charbonneuses.

 

 

Tableau 2 : unités stratigraphies du four portugais de Bélesta-de-la-Frontière des carrées de fouille C1 à C4.

Carrés Unités stratigraphiques/ description/mise en relation
C1 US 005 : strate limono-sableuse avec inclusion de charbons et de calcaire dégradé en surface, interprété comme niveau de circulation. Elle est partiellement visible à la jonction avec D1, corrélation US 019.
C1 US 011 : remblais limoneux avec des fragments de pierres et de céramique (t= 2 à 3 cm).
C1 US 012 : creusement de la couche US 013, semi circulaire contenant des fragments de pierre et de céramique.
C1 US 013 : couche blanche (substrat) atteint sur toute la superficie du carré. Corrélation US 019
C2 US 014 : terre limoneuse marneuse contenant des pierres : t = 1 à 2 cm. Corrélation US 011 ou US 012
C2 US 015 : terre indurée rubéfiée qui recouvre partiellement la paroi externe du four à hauteur de l’encadrement du linteau de la porte (jonction avec D1), réparation ?.
C2 US 016 : couche d’argile charbonneuse très compacte contenant de petits fragments de céramique et des fragments de pierres.
C2 US 017 : terre sableuse charbonneuse et cendreuse disposée en forme de cône autour du four.
C2 US 022 : couche sableuse avec des inclusions charbonneuses sur la surface et des micro tessons.
C2 / C3 coupe US 036 : terre compacte granuleuse et charbonneuse.
C2 / C3 coupe US 037 : lentille de charbon et de cendre.
C2 / C3 coupe US 038 : couche argileuse contenant de nombreux fragments de terre rubéfiée, de céramique et de charbon de bois
C4 US 039 : fine couche argileuse située contre la paroi du four au-dessus de l’US 040.
C4 US 040 : couche cendreuse contenant des fragments charbonneux, déborde en B4.

 

 

Tableau 3 : unités stratigraphiques du four portugais de Bélesta-de-la-Frontière, secteur I.

Carrés Unités stratigraphiques/ description/mise en relation
B2/ C3 Us 101 : terre argileuse plastique de teinte noire, très riche en charbons de bois et fragments de bois non calcinés. On trouve également des tessons de poteries à cuisson oxydante et réductrice, des fragments de tiges en métal, des clous. Cette US repose directement sur la couche géologique de couleur blanche, tendre (US 019).
C4/D4 US 102 : couche cendro-charbonneuse située contre la paroi du four, contenant des fragments de charbon dont la taille est comprise entre 3 et 8 cm.
C3 US 103 : couche sableuse située sous l’US 101, stérile, contenant quelques fragments de charbon.
A4/B4/C4 US 104 : terre sableuse localisée sur l’US 102, contenant des nodules blancs, des fragments de pierre dont la taille est comprise entre 3 et 6 cm, et stérile, elle repose sur l’US 105.
A4/B4/C4 US 105 : couche compacte qui pourrait correspondre à un niveau de circulation, composée de sable, de terre et de fragments calcaires. On ne trouve pas de mobilier, quelques fragments de charbon. Elle suit le pendage de la fosse, sous les US 104 et 106.
A4 /B4 US 106 : couche de terre meuble, de teinte brune, riche en fragments de brique, charbons de bois, et des fragments de bois.
D4 US 107 : couche de terre rubéfiée de teinte rouge brun située contre le parement du four au nord.
B3/C3 US 108 : mottes d’argile compacte d’environ 10 cm de diamètre concentrées à la jonction des deux carrés, dont on retrouve quelques traces au centre de B3.
A5 US 109 : couche charbonneuse située sous l’US 104, se prolonge sous le carré A4.
A2 US 110 : cette US est sous-jacente à l’US 101, constituée essentiellement de sable et de fragments de brique, assez compacte en surface.
B3 US 111 : elle est située sous l’US 101, constituée de terre sableuse contenant des fragments de bois et quelques charbons épars, et un fragment de céramique à cuisson oxydante.
B2 US 112 : localisée sous l’US 101, terre très hétérogène, plastique, contenant des gros fragments de charbon, des plaquettes de bois, des fragments de brique et des nodules d’argile rubéfiée, on trouve sur cette US des fragments de céramique grise modelée et les fragments de branche. Quelques fragments de céramique modelée reposent directement sur la surface.
A3 US 113 : terre meuble sablo-charbonneuse contenant des fragments de terre rubéfiée.
B3/B4 US 114 : terre indurée de teinte rouge sombre contenant de gros fragments de charbon (entre 3 et 10 cm de longueur maximale), et des fragments de céramique à cuisson réductrice.
B4 US 115 : terre de teinte brun clair, contenant du charbon, des fragments de brique et des tessons de céramique réductrice, repose sur l’US 112, elle est sous l’US 101.
B4 US 116 : terre noire compacte localisée sous l’US 104, contenant des morceaux de charbon et de brique (supérieurs à 2 cm), plongeante vers le four sous US113.
A3 US 117 : traces charbonneuses et buche calcinée, le reste du carré est stérile, excepté quelques fragments de briques.
A5 / B5/ B4 US 120 : terre noire indurée contenant des mottes d’argile crue (continuité possible de l’US 109 dans les carrés A5 et B5, équivalent de l’US 116).
A3 US 121 : terre meuble, légèrement sableuse, contenant de gros morceaux de terre argileuse (blocs d’environ 30 / 35 cm) reposant sur une pierre rectangulaire équarrie et taillée et sur un grand galet présentant des traces de chauffe.
B2 US 122 : terre de teinte noire et en dégradé brun foncé, reposant directement sur l’US 112.
B4/C4 US 123 : fragments de terre rubéfiée, aplanis à l’entrée du four et suivant les limites de FA04, pouvant matérialiser un niveau d’utilisation de la structure.
B3 US 130 : terre indurée en mottes aplanie située sous l’US 131.
B3 US 131 : terre sablo charbonneuse gris anthracite, visible également en C3 et C4 (équivalente au US 110 et 113 ?).
B3 US 132 ; Terre rubéfiée aplanie et localisée sur l’US 131 (sol de chauffe, équivalente à US 123).
A3 US 133 : Terre cendreuse et charbonneuse reposant sous l’US 121.
B2 US 134 : strate constituée de lentilles de charbons très fins et très concentrés.

 

Tableau 4 : unités stratigraphiques du secteur 2 du four portugais de Bélesta-de-la Frontière.

Carrés Unités stratigraphiques/ description/mise en relation
D1 US 009 : terre de teinte noire, charbonneuse contenant de nombreux fragments de céramique à cuisson réductrice, posés à plat et recouverts par des pierres.
D1 / E1 US 010 : couche sableuse de teinte brune recouvrant l’US 009 ; elle contient des fragments de pierre (t≤ 3 cm), des fragments de céramique et des nodules de charbon. Elle est plus épaisse en bordure du four.
D1/E1 US 026 : planche de bois posée à plat sur l’US 027 = (FA 02).
E1 US 027 : terre cendreuse de couleur grise, pulvérulente, contenant de nombreuses inclusions charbonneuses et cailloutis, interface entre US 009 et US 028.
D1/E1 US 028 : terre limoneuse de couleur jaune localisée au nord de l’US 029.
D1/E1/F1 US 029 : pierres formant la partie bordure supérieure du four

 

 

Tableau 5 : unités stratigraphiques du secteur 2 du four portugais de Bélesta-de-la Frontière.

Carrés Unités stratigraphiques/ description/mise en relation
F2 US 042 : strate charbon/calcaire nettement délimitée aux abords du four (limite de coupole ?).
F1 US 043 : terre meuble de teinte brune contenant des nodules calcaires, située au sud-ouest du sondage.
F3 US 045 : trace de terre argileuse très fine formant une empreinte.
F3 US 046 : terre de teinte rouge argileuse et indurée située sous l’US 045.
F3 US 047 : application de torchis pour colmater le bord du four.
F3/4 US 048 : terre de teinte beige stérile contenant de nombreux nodules de calcite.
F2 US 118 : terre de teinte jaune sablonneuse, riche en mobilier.
F1 / F2 US 119 : niveau de circulation présent sous l’US 028 contenant de nombreuses inclusions de calcite et des tessons posés à plat, structure compacte et cendreuse de teinte brun gris.
F1 US 124 : creusement de la fosse présente dans la partie méridionale du carré F1 (ou tranchée de fondation du mur de terrasse situé au sud du sondage), localisée sous l’US 119.
F1 US 125 : comblement de la fosse US 124, terre de teinte jaune à brune, contenant des inclusions de calcite et de charbons (sous l’US 119).
F1 US 126 : amas de pierres formant une poche ou partie du comblement (US 125) de la fosse (US 124)
F1/F2 US 127 : niveau de circulation présent sous l’US 119, compact de teinte brune, contenant des inclusions de calcite et de charbon,
F1/F2 US 128 : terre de teinte jaune clair, sableuse, située au nord-est de l’US 127, bordant au sud les pierres de parement du four (US 129).
F1/ F2 US 129 : mur formant la paroi du four portugais.
G2 US 135 : concentration de tessons de céramique à cuisson oxydante, fragmentés et posés à plat sur le sol supérieur de circulation (US 127).
F1/ F2 US 136 : niveau de teinte noire charbonneuse visible en coupe (sondage 1, côté sud) formant le comblement d’une tranchée située sous l’US 127.
F1/ F2 US 137 : creusement de la tranchée comblé par l’US 136.
F1 US 138 : niveau de terre compacte de couleur beige clair, nombreuses inclusions de calcite dans laquelle est creusée l’US 136.
F1 / F2 US 139 : terre de teinte grise, granuleuse, située sous l’US 138 et s’appuyant à l’est contre le parement externe du four (terre de comblement des abords du four ?).
F1 / F2 US 140 : niveau non charbonneux situé sous l’US de circulation 127 de faible puissance de remplissage, reposant sur l’US 136 et 138, le remblai de construction du four.

 

 

Tableau 6 : Inventaire du mobilier céramique et mobilier associé non céramique

Abréviations : cér : céramique ; fgt : fragment ; ox. : oxydante ; réd : réductrice.

Carré US Taille (long max) détermination
D/E/F/1 001 15 cm ép. 1 m Fgt de fond céramique réductrice
D/E/F/1 001 9 cm Fgt cuisson ox., engobe intérieur sans glaçure
D/E/F/1 001 8 cm Fond réductrice glaçure sans engobe vert bouteille
D/E/F/1 001 7 cm Fond réductrice glaçure sans engobe vert bouteille (creuset ?)
D/E/F/1 001 6 cm Panse oxydante avec engobe sans glaçure
A1 008 4 cm Tesson de panse de faïence blanche
B1 001 5 cm Anse en ruban, cér réductrice
B1 001 9 cm Pans et départ anse large en ruban cér ox.
B1 001 7 cm Un élément décoratif tressé cér ox.
B1 001 7 cm Un fgt bord de coupelle cér ox.
B1 007 3 et 4 cm 2 fgts cér red.
C3 040 8 cm / 7 cm / 4 cm 3 fgts cér red dont un fgt de bord grd vase.
Sect 1 011 4 cm 1 fgt à cuisson oxydo réductrice et deux fgts réd.
D1 009 4 cm Un fgt réd, panse.
A4 strati HT. conservée : 9 cm 1 fond cér ox. pâte blanche et décor incisé à la base (petit vase).
F2 010 9 cm Cordon appliqué ondé.
F1 009 8 cm Fgt de col, cér red.
F1 009 3 et 5 cm 2 fgts cér réd.
F1 009 8 cm ép. : 1,5 cm Cér réd.
F1 009 6 cm Fgt bord de coupelle cér. réd.
B3 Tranchée strati 4 cm Fgt anse à section ovale cér. ox.

Fgt cér ox. glaçure vert bouteille sans engobe.

A1 001 3 cm 1 fgt cér réd (associé avec 1 fgt. de verre contemporain).
C2 036 3 cm, ép. 0,80cm 2 fgt cér ox.
C2 036 1 fgt cér red impression type néo cardial ( ?) paroi fine.
C2 003 2 cm 1 fgt cér red impression type néo cardial ( ?) paroi fine.
C2 003 1 fgt cér ox.
A2/ A3 020 4 cm 1 fgt cér ox. pate claire fgt de coupelle.
A2/ A3 020 5 cm ép. 1,2 cm Fgts de cér réd.
A2/ A3 020 5 cm Fond cér red.
A2/ A3 020 3 cm 1 fgt. cér red impression type néo cardial ( ?) paroi fine (associé fragment de plastique).
B4 044 8 cm Col cér. ox. avec cannelures en creux parallèles au bord, traces de glaçure vert bouteille sans engobe.
Taille moyenne ¾ cm 3 fgts cér. red dont un fgt. brûlé sur tranche.
F 010 10 cm ép. 1,2 cm Fgt cér. réd grand vase.
F1 023 5 cm Fgt de pans cér. ox. avec décor peint vert et orange sur fond bleu sombre.
C3 038 Éléments divers (plastique, clou) et un élément en céramique pour séparer les vases lors de la cuisson.
B/C4 Tranchée strati 5 cm

3 cm

1 fgt cér. réd.

1 fgt cér. ox. et glaçure orange, sans engobe.

D1/E1 028 2 à 7 cm 9 fgts en liaison cér. réd et 1 fgt cér. ox.

 

[1] Maître de conférences en archéologie médiévale, université de Rennes 2, laboratoire LAHM, UMR 6566.

[2] Docteur en archéologie médiévale, enseignante.

[3] Doctorant en archéologie médiévale, université de Rennes 2, laboratoire LAHM, UMR 6566.

[4] Master 2 d’archéologie et en céramologie, université de Rennes 2.

[5] Doctorante à l’université d’Uméa, the Environmental Archaeology Laboratory, Suède.

[6] LEBAS Apollinaire, L’obélisque de Luxor : histoire de sa translation à Paris, description des travaux auxquels il a donné lieu, éd. Carilian-Goeury et V. Dalmont, Paris, 1839, p. 187-191.

[7] Louis-Philippe n’apparut au public sur le balcon de l’hôtel de la marine une fois le monolithe dressé.

[8] En particulier les armes romaines réalisées sous la direction du général d’artillerie Jean-Baptiste Verchère de Reffye. Elles sont conservées au musée de Saint-Germain en Laye.

[9] Les devis des travaux sont approuvés dès 1853 par Napoléon III à Carcassonne même.

[10] Géologue et minéralogiste, il est avec Georges Cuvier (1769-1832) l’inventeur de la notion de paléontologie et des vestiges directeurs dans les stratigraphies.

[11] Rattaché à la Cité de la céramique – Sèvres et Limoges. BRONGNIART Alexandre, Traité des arts céramiques ou des poteries considérées dans leur histoire, leur pratique et leur théorie, Paris, éd. Béchet jeune, 1844, 3 vol.

[12] On peut aussi citer la démarche réalisée par Édouard Salin dans les années 1950 sur la métallurgie du haut Moyen Âge. SALIN Édouard, FRANCE-LANORD Albert, Rhin et Orient. T. II : Le fer à l’époque mérovingienne. Étude technique et archéologique, Paris, éd. Geuthner, 1943 et SALIN Édouard, La civilisation mérovingienne d’après les sépultures, les textes et le laboratoire, 3 vol. Paris, éd. Picard, 1949-1959.

[13] REICH Guillaume, LINDER Damien, “Experimental archaeology in France a history of the discipline”, COLLECTIF, Experiments Past: Histories of Experimental Archaeology, dir. REEVES FLORES Jodi et PAARDEKOOPER Roeland, Leiden, éd. Sidestone Press, 2014, p. 67-84.

[14] Le concept et à l’origine socialiste puis communiste, l’Académie d’histoire de la culture matérielle de Moscou est fondée en 1919, d’autres académies seront créés, notamment en Pologne qui influenceront l’archéologie médiévale française grâce à l’archéologie Jean-Marie Pesez.

[15] ALLIOS Dominique, « Arte Povera et archéologies, l’éternel retour aux sources», Les nouvelles de l’archéologie, archéologie et art contemporain, n°134, Paris, décembre 2013, p. 33-39, ALLIOS Dominique, « Le silences des signes, une archéologie de la céramique», échappées, n° 1 l’invisible est réel, Revue d’Art et de Design, Recherches de l’ESA Pyrénées, Pau – Tarbes, décembre 2012, pp.19-26.

[16] La France connaît un net retard par rapport aux publications spécialisées des pays anglo-saxon, on toutefois citer la revue de la céramique et le verre publiée à partir de 1981.

[17] Tel que les cuissons en meule, le Raku, les terres vernissées, les grès ou les sigillées. Le mouvement avait été initié par les céramiques de Paul Gauguin dès 1886, puis par Pablo Picasso à Vallauris dans les années 1946-1948.

[18] Le site internet de l’association est : http://ceramique.chez.com/.

[19] Cette expérience fait l’objet d’un film de 24 minutes visible sur internet : https://youtu.be/_j3O7l9JEEY.

[20] BONAFOUS Bernadette, GIORGIO Jean-Marie « Cuissons en meule a Bélesta et à Tautavel », Revue de la céramique et du verre, n° 94, 1997, p. 48-51.

[21] Découvert au fond du lac de Sévrier, un fragment de sole de four fait l’objet de nombreuses interprétations contradictoires. COULON Jean, Le four de Sévrier en Haute Savoie à l’âge du Bronze. — Reprise des données et nouvelles perspectives, thèse de doctorat, université de Lyon II, 2012. BOCQUET A, COUREN Jean-Pierre, « Le four de potier de Sévrier, Haute-Savoie (Âge du Bronze final)», Études préhistoriques, t. 9, 1975, p. 1-6.

[22] ALLIOS Dominique, Le vilain et son pot, Rennes, PUR, 2004.

[23] Les thermocouples de type K sont privilégiés en raison de leur simplicité d’utilisation et de leur fiabilité, les marges d’erreurs sont tout à fait acceptables pour des cuissons qui ne dépassent que rarement 1000° C.

[24] Les observations ont été faites par Bernadette Bonafous, Jean-Marie Giorgio, Bernard Musas Michel Peyron-d’Arc et Valérie Porrat-Ruthéni de l’association des journées de la céramique de Bélesta, une exposition a été aussi réalisée. Présentation sur le site internet : http://ajceramique.weebly.com/le-four-portugais.html, vue le 11/04/2016.

[25] Voir en autre : PERDIGÃO Teresa, CALVET, Nuno, Tesouros do artesanato português, vol. 3 Cerâmica tradicional, Lisbonne, éd. Verbo, 2003. FERNANDES, Isabel-Maria, « Les centres producteurs de poterie noire du Nord du Portugal », Actes du VIe congrès de l’AIECM2, Aix-en-Provence, 1995, La Céramique médiévale en Méditerranée, p. 575-579.

[26] Expérimentateurs et équipe scientifique : Bernadette Bonafous, Serge Brunet, Stéphane Chipeaux Darde, Jean-Marie Giorgio, Sergio Guerrier, Bernard Musas, Michel Peyron d’Arc, Valérie Porrat-Rutény, Laurent Savarese, Virginie Rigole, Serge Robert.

[27] En 1999 elle a duré 8h, en 2000 9h20, en 2001, 2002 et 2003 10h et 9h en 2004.

[28] La cuisson passe par des phases oxydantes et réductrices. Pour obtenir une réduction, c’est-à-dire donner aux poteries une couleur noire ou grise, on diminue la présence de l’oxygène et augmente de ce fait celle en gaz carbonique. Les gaz chauffé vont réduire le fer contenu dans les argiles.

[29] Les fouilleurs de cette campagne de 2014 et 2015 étaient Laurence Cornet, Antoine Cocoual, Nominoë Guermeur, Marie Guillon et Claudia Scuito.

[30] Claustre Françoise, Cornet Laurence, 1998, « Le niveau sépulcral bronze ancien de la grotte de Montou et la répartition spatiale de la céramique. », Guilaine Jean, Vaquer Jean dir., Tombes, nécropoles, rites funéraires préhistoriques et historiques, Séminaires du Centre d’Anthropologie, Toulouse, p. 37-44.

[31] Cornet Laurence, 1995, La céramique du Bronze ancien de la grotte de Montou (Corbère-les-Cabanes, Pyrénées Orientales) : étude de la répartition spatiale, Mémoire E.H.E.S.S., Toulouse.

[32] Station totale utilisant des mesures télémétriques infrarouges et laser. Les données sont utilisées en plan, en coupe et en modélisations 3D.

[33] https://sketchfab.com/models/6829b68502bb4e1d9b5adf6ac6330099.

[34] En parallèle, les observations des unités stratigraphiques en planimétrie verticale et horizontale, ainsi que les listes de mobilier, céramique et objets en métal ou plastique, ont été manuscrites. Le mobilier a été systématiquement relevé en coordonnées tridimensionnelles, en précisant les US, les carrés de fouille, la nature, et leur taille. La documentation a été complétée par des relevés sur papier millimétré des stratigraphies des couches et des structures.

[35] CORNET Laurence, La céramique de deux sites languedociens (XIIe-XIVe siècles) dans son contexte archéologique : répartition spatiale, analyse typologique, thèse de doctorat, Université de Perpignan, 2 t , 2013, ALLIOS Dominique, Le vilain et son pot, op. cit, DENTI, Mario, « Nouveaux témoignages du kerameikos de l’Incoronata depuis la huitième campagne de fouille », Mélanges de l’École française de Rome, Antiquité, n° 123-1, Rome, 2011, p.366-373. COCOAL Antoine, Les hydries de l’Incoronata une classe de la céramique grecque en contexte indigène, entre le VIIIe et le VIIe siècle en Italie Méridionale, mémoire de master II, université de Rennes 2, 2014.

[36] ALLIOS Dominique, LAGARRIGUE Paul, «Archéologie expérimentale des fours à bois.», op. cit.

[37] Constats évoqués lors de la fouille du four médiéval de Bélesta. ALLIOS Dominique, LAGARRIGUE Paul, «Archéologie expérimentale des fours à bois.», Tourner autour du pot, colloque international de Douai, octobre 2010, Presses universitaires de Caen, 2015, p. 642-658.

[38] ALLIOS Dominique, Le vilain et son pot, op. cit. p. 108-114.

[39] Les célèbres plaques de céramiques peintes de Penteskouphia (Corinthe) exposées au musée du Louvre représentent des fours à coupole munis d’une porte, elles datent du VIIe au Ve s.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *